ma passion c'est d'écrire^^

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Mishiko le Dim 7 Mar - 21:36

(: ! en cette veille de rentrée, sa fait du bien ^_^
avatar
Mishiko
Posteur débutant

Messages : 39
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 22
Localisation : j'irai au bout de mes rêveuuuuh

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Kyosuke Hendy le Dim 7 Mar - 21:40

rentrée ? pour mes amis les vacances commencent mercredi lol!
avatar
Kyosuke Hendy
Posteur moyen

Messages : 88
Date d'inscription : 20/02/2010
Age : 28

http://violin-lover.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Mishiko le Dim 7 Mar - 21:43

Ah oui ? XD Ils ont bien d'la chance :X
avatar
Mishiko
Posteur débutant

Messages : 39
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 22
Localisation : j'irai au bout de mes rêveuuuuh

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Kyosuke Hendy le Dim 7 Mar - 21:46

normal, ils ont quitté leurs vacances vers fin janvier^^
avatar
Kyosuke Hendy
Posteur moyen

Messages : 88
Date d'inscription : 20/02/2010
Age : 28

http://violin-lover.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Mishiko le Dim 7 Mar - 22:08

Ah oui d'accord affraid
avatar
Mishiko
Posteur débutant

Messages : 39
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 22
Localisation : j'irai au bout de mes rêveuuuuh

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Kyosuke Hendy le Dim 7 Mar - 22:18

^^
avatar
Kyosuke Hendy
Posteur moyen

Messages : 88
Date d'inscription : 20/02/2010
Age : 28

http://violin-lover.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  CereS le Lun 8 Mar - 11:13

la réunion....
Tiens je partirai bien moi!

_________________
I escape from everything I know...

This is who I am Paradize seeker...
avatar
CereS
Invocatrice de bishos
Invocatrice de bishos

Messages : 1601
Date d'inscription : 03/05/2009
Age : 31
Localisation : au chaud dans le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Mishiko le Lun 8 Mar - 19:13

Ouais ! =D
avatar
Mishiko
Posteur débutant

Messages : 39
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 22
Localisation : j'irai au bout de mes rêveuuuuh

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Kyosuke Hendy le Mar 9 Mar - 18:52

Hymne à la Divine Maternelle

Où que j'aille,
Ton sourire brille,
La pluie peut tomber,
Ta présence perdure partout.

Nul besoin de te chercher,
C'est toi qui te découvre à moi,
Je n'ai qu'à t'invoquer en mon coeur,
Aussitôt ma dévotion est récompensée.

Oh toi, la Divine Maternelle,
Tu es soeur, amante et Mère,
Tes Manifestations sont nombreuses,
Nonobstant, Unique est ton amour pour nous.

Foi pour toi,
Fils en ta possession,
Ta pluie ne cesse de nous bénir,
Nous qui t'aimons en lumière comme en obscurité.

Même dans la pénombre,
Ton Amour brille de milles feux,
Tel le soleil dans le sombre espace,
Cette Passion qui se consume en nous...

Grand est ton amour,
Tu t'offres à nous librement,
Masquée en amante, soeur ou Mère,
Pur est notre amour pour toi qui est Divine.

Le Vice nous est impossible,
Car bénis par ton Enseignement,
Ton Amour et Ta protection, nous t'aimons,
Sous la quintessence de ton existence, nous vivons.
avatar
Kyosuke Hendy
Posteur moyen

Messages : 88
Date d'inscription : 20/02/2010
Age : 28

http://violin-lover.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Mishiko le Mer 10 Mar - 17:02

Oh I love you
avatar
Mishiko
Posteur débutant

Messages : 39
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 22
Localisation : j'irai au bout de mes rêveuuuuh

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Kyosuke Hendy le Mer 10 Mar - 19:32

je vous propose un roman en 13 chapitres, ça vous tente ?^^
avatar
Kyosuke Hendy
Posteur moyen

Messages : 88
Date d'inscription : 20/02/2010
Age : 28

http://violin-lover.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  CereS le Mer 10 Mar - 21:01

huuuum pourquoi pas!

_________________
I escape from everything I know...

This is who I am Paradize seeker...
avatar
CereS
Invocatrice de bishos
Invocatrice de bishos

Messages : 1601
Date d'inscription : 03/05/2009
Age : 31
Localisation : au chaud dans le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Kyosuke Hendy le Mer 10 Mar - 21:05

As Much I love You

Episode 1

A strange guy

Sur cette terre qui nous est si chère, alors que l'hypocrisie règne accompagnée de l'Injustice ainsi que des soumis de la société, tel le papillon éphémère qui ne vit qu'un jour, il y avait quelqu'un pour maintenir l'espoir vivant. Personne ne le savait ou plutôt, il était incompris et se comportait étrangement... cependant, ce jour là, le ciel avait décidé d'envoyer le poème qui comprenait son poète...

Quelques semaines s'étaient déjà écoulées depuis. C'était déjà la fin septembre et ce garçon avait déjà fait preuve de hauts et de bas. Son nom ? Hendy. Il lui arrivait d'être emphatique et passionné, pourtant il paraissait parfois absent et épuisé... en parlant d'absence, il l'était parfois dans tous les sens du terme puisqu'il lui arrivait de manquer les cours. Pourtant, personne ne réagissait, comme si c'était naturel. Ou alors, certaines personnes le prenaient pour ce qu'il n'était pas. D'ailleurs, beaucoup d'entre eux avaient oublié voire n'avaient pas perçu une once de ce qu'il était vraiment. Pourtant, quelqu'un qui lui aussi était indépendant de la société s'était bien rendu compte que celui qui était assis ici n'était qu'un leurre. Que ces attitudes et phrases bizarres n'étaient pas de lui...

-Pour qui il se prend ce mec ? Il parle aux profs comme si c'étaient des amis ou son égal...
-Sûrement un mec qui se la joue, mais bon il a l'air d'être nul, t'as vu ses notes en espagnol ?
-Idiots, comme si les notes montraient vraiment vos capacités...
-Nathalie ?
-Oh tu es arrivée.
-Tu as dit quelque chose ?
-Non, pas le moins du monde.
-Il se la pétait en anglais renforcé...
-Oui, avec ses grandes phrases philosophiques...
-Il se prend pour un philosophe ou quoi cet imbécile ?
-Et cette manie de rester dans la classe pendant la pause ?
-Il se prétend humaniste mais reste dans son coin lors de la récréation !
-Tu parles ! c'est juste un vantard égoïste ! c'est un bien bel hypocrite ce mec.

Nathalie. Un an à peine de moins que Hendy. Caractère ? Très douce et maternelle. Sous ses airs de petite fille innocente et douce, elle demeurait quand même une jeune femme sans naïveté et assez mûre pour son âge. Elle supportait toutes ces médisances, comme elle savait qu'on médisait sur son compte aussi. Mais ceux-là, venaient vers elle comme si de rien n'était, alors qu'un froid s'était installé tout autour de Hendy. Puis un jour alors qu'elle parlait de mangas...

-Voyons que dis-tu ? Cela fait belles lurettes qu'il y a eu de nouveaux épisodes.

Elle se retourna et vit Hendy debout souriant légèrement face à elle.

-Pardon ?
-Tu parlais bien de Bleach n'est-ce pas ?
-Euh oui... je suis bloquée à l'épisode 90...
-En voix française je présume ? Je crois qu'on en est déjà au 185 ou quelque chose comme cela... mais les chapitres eux sont encore plus loin que l'adaptation en anime...
-Tu t'y connais ?
-Oui, beaucoup je dirais.
-Tu connais Ayashi No Ceres ? Je n'arrive pas à les avoir.
-Je les ai tous. Lui sourit-il malicieusement.
-Oh tu pourrais me les passer !
-Avec plaisir. Répondit-il à peine poliment.

Ce jour là, quand leur discussion avait débuté, le professeur de philosophie était absent et Nathalie qui avait pour évasion les mangas, films et autres se désespérait de connaitre la suite de ce qu'elle avait vu. Ils avaient eu toute cette conversation du deuxième étage jusqu'à la cafétéria.

-Et on en est où dans Naruto ?
-Ouh là là ! On en est loin !

Hélas, alors qu'ils parlaient, ils étaient aussi entourés de pies et de serpents... aucun des deux nouveaux amis ne se doutaient de rien. Ainsi, le lendemain, quand Nathalie arriva elle put entendre :

-J'en étais sûr ! je comprends mieux maintenant !
-Ce mec est un otaku ! Il reste chez lui pour regarder des mangas !
-Tu m'étonnes ! Normal qu'il soit autant absent ! En plus il essaie de séduire Nathalie !
-La pauvre, il essaie de profiter du fait qu'elle aime les mangas ! Ce mec est un vrai salaud.
-C'est pas si grave ! Cette fille est condescendante et manipulatrice, elle se sert de sa beauté pour s'en sortir.

Aucune des langues de vipères ne s'était rendu compte que Nathalie avait tout entendu. Peut être car elle était arrivée dans le dos du plus grand de la classe et ne pouvant supporter plus de médisances, elle avait décidé d'aller dans la bibliothèque avant d'aller en philosophie. Hendy lui, ne pouvait pas entendre puisqu'il était en anglais renforcé. Comme à son habitude, comme le cours de philosophie avait lieu dans la même salle, il ne la quitta pas. Salua comme à son habitude le professeur sur un ton mi-respectueux mi-enthousiaste. Puis Nathalie entra et s'installa. Elle ne vit pas Hendy prendre appui sur la table pour sauter celle-ci. Il déposa une boite en carton sur la table de Nathalie.

-Livraison à domicile ! Chantonna t-il.
-Oh mais !
-Il y a tout dessus. Amuses-toi bien !
-Je te le rends quand ?
-Quand tu veux, de toutes façons, j'ai tout sur mon ordi.
-Il m'a prêté son disque dur externe alors que je le connais à peine, pensa Nathalie. Depuis le début de l'année il a eu des comportements bizarres et malgré son humanisme certain, il était assez froid, méfiant, méprisant et parfois même condescendant... me ferait-il confiance ?
-Nous en étions à Freud m'sieur ! c'est pas possible, vous avez un Alzeihmer précoce ou quoi ? Plaisanta Hendy sur un ton tout à fait sérieux mais infantile en surface.

Le professeur en profita donc pour expliquer plusieurs choses sur la mémoire et finit dix minutes plus tard par affirmer malicieusement à Hendy qu'il n'était nullement atteint par cette maladie. Celui-ci avait répondu d'un sourire. Son entente parfaite avec le professeur irritait aussi les autres personnes.

-Tu as vu ? Il a prêté son disque dur à Nathalie !
-On vient pas en cours avec un truc pareil ! quel vantard !
-Ta gueule ou le prof de philo va encore nous choper, cet enfoiré !

La langue est décidément un muscle infatigable. Nathalie avait l'habitude des mauvaises langues et de l'hypocrisie. Mais elle s'étonnait de la bonne volonté de Hendy envers les autres. Ignorait-il qu'on médisait sur son compte ou tentait-il quelque chose ?

-Vous vous y connaissez en musique classique m'sieur ?
-Cela dépend de ce que vous voulez Hendy. Un artiste en particulier ?
-Non m'sieur. En fait je cherches des titres avec des mélodies de violon.
-Hendy aime le violon ? Il cache décidément bien son jeu, pensa Nathalie.

Plus tard avait lieu l'heure spéciale de correction de devoir surveillé d'anglais. Depuis le début d'Octobre, Hendy pratiquait ce qu'il appelait le "repli défensif" afin d'éviter d'être seul en classe et donc de se risquer à reculer et de s'approcher de ses très rares amis. Mais cette fois bien qu'à sa droite il y avait son grand ami qui était aussi passionné par le Japon, Nathalie s'était assise à sa gauche.

-Copieuse tu as eu la même note que moi !
-Hein ? Oh ! Ria t-elle à peine.

Ils avaient eu tous les deux 15/20.

-Hey, Nicolas, tu sais ce qu'a dit le maire de Tokyo ?
-Non j'sais pas.
-Que le français était inadapté aux maths, comme quoi, on a bien fait d'aller en L.
-Ah ! ah ! ah ! Ce type a toujours le mot pour rire ! Mais bon, on a autre chose à faire.
-Pour éviter de s'ennuyer ils parlent du Japon ! Mais Hendy, pourquoi ta voix sonne t-elle si faux ? Se demanda Nathalie.
-Oh regardes ce qu'elle a mis pour mon texte : "how romantic !".

Nathalie prit la copie que Hendy lui avait tendu. Mais elle n'avait pas compris que le ton de la voix utilisé par Hendy, ici, signifiait qu'il était insatisfait de son propre travail et trouvait l'appréciation exagérée. Cependant Nathalie lisait et fût agréablement surprise des mots employés par Hendy. Il n'y avait rien d'indécent, des mots faisant rêver et suscitant le romantisme.

-Oui c'est très romantique.
-Ah ? Tu trouves ? j'aurais pu faire mieux.
-Tu as déjà l'une des meilleures notes, tu vas pas te plaindre.
-Non, je me plains du faible niveau exercé alors qu'on est en Terminale.

Hendy parlait toujours ainsi. En fait il avait fait le tour de 5 lycées. Mais Malgré tout, s'exprimer ainsi alors qu'il n'était qu'un simple élève était assez mal vu. Pourtant il était dans le vrai. c'était peut être pour cela que certains professeurs le voyait bien devenir professeur car il était capable de reconnaitre les niveaux et les qualités de l'enseignement, et donc, seuls ceux qui sont capables d'enseigner peuvent avoir de telles qualités. Nonobstant, malgré certains résultats, toujours était-il que dans d'autres matières il n'excellait pas.

-Nathalie ?
-Oh bonjour.
-Joyeux anniversaire.
-Oh, merci beaucoup Hendy.
-Ah, tu m'excuseras mais je n'ai pas ton cadeau...
-Ce n'est pas grave. De toutes façons, je préfères...
-Mais je te l'ai envoyé par mail avec une petite surprise.
-Par mail ?
-Tu verras bien.
-Oh merci, fallait pas.
-Mais non, mais non, je.

Cette façon de finir certaines de ses phrases par "je" montrait la rigueur de son engagement dans ses actes. Hélas, beaucoup voyaient cela plus pour de la vantardise que de l'honnêteté. Pourtant ce cadeau allait permettre à cette amitié d'évoluer plus vite...

Arrivée chez elle, Nathalie se souvint qu'elle avait un mail de la part de Hendy... mais quel genre de cadeau pouvait bien l'attendre ? Pas une lettre d'amour, cela est sûr, car la bien-aimée de Hendy, selon ses propres dires, était morte dans un avion et celui-ci demeurait chaque jour dans son souvenir. Il en avait parlé naïvement en philosophie. Elle cliqua enfin sur son mail...

-Oh mais c'est... !

Fin du premier épisode
avatar
Kyosuke Hendy
Posteur moyen

Messages : 88
Date d'inscription : 20/02/2010
Age : 28

http://violin-lover.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Mishiko le Jeu 11 Mar - 18:44

Géniaaalllll Very Happy ! un autre un autre :p !
avatar
Mishiko
Posteur débutant

Messages : 39
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 22
Localisation : j'irai au bout de mes rêveuuuuh

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Kyosuke Hendy le Jeu 11 Mar - 18:50

As Much I love You

Épisode 2

Hendy, my friend...


"Pour ton anniversaire, je t'offre mon roman qui est dans ce fichier, je l'ai terminé en septembre... tu es la seule à avoir l'honneur d'avoir la version finale... je t'en pries n'en parles à personne... tu es la seule à qui j'ai fait l'honneur de le donner... dans un autre fichier je t'ai mis les passages les plus importants si la lecture devait t'ennuyer..."

-Hendy... tu trompes décidément bien ton monde...

Le lendemain, Nathalie venait en cours enthousiastement pour l'une des rares fois de sa vie au lycée. Elle voulait remercier Hendy pour l'humble cadeau qu'il lui avait donné.

-Oh, Hendy merci... c'est un honneur...

Hendy fit signe à Nathalie de rester discrète.

-Chère amie, n'oublies pas qu'il y a des murs.
-Oh excuse-moi, mais merci beaucoup, j'ai apprécié...
-Ne te presses pas de le lire... tu as tout ton temps, d'accord ?
-D'accord. Mais moi je ne t'ai rien offert... toi tu as caché ton anniversaire...
-C'est vrai, nos anniversaires dans la même semaine... mais je préférais le garder secret.
-Pourquoi garder secret la date de ton anniversaire ? Je ne comprends pas, c'est un jour important.
-Il ne l'est plus depuis la mort de celle qui m'était si chère et plus encore depuis que l'on m'a privé de mon coeur.

Nathalie n'eût pas le temps de questionner Hendy que l'enseignant d'anglais était arrivé. Nathalie restait perplexe, même pour ceux qui ne le fêtent pas, une date d'anniversaire est quelque chose de précieux... le jour le plus attendu dans l'année. Elle ne comprenait pas et continuait à observer Hendy à distance quand elle le pouvait. Hendy avait bien des amis dans la classe et dans le lycée mais apparemment les occupations ou les emplois du temps des uns et des autres différaient beaucoup. Cependant, Nathalie allait bientôt se rendre compte que cela importait bien aux yeux de Hendy... elle apprit par une de ses amies qu'il avait en effet proposé une liste d'invités quelques mois auparavant. Pourtant, il n'y eût pas d'invitation ni de fête, rien. Une tension réelle semblait régner en Hendy, Nathalie voyait parfaitement que derrière ce sourire, ce visage, il y avait une immense tristesse... Elle s'en doutait bien car elle se souvenait parfaitement des dires de celui-ci lors des cours de philosophie concernant celle qui avait été la lumière pour lui... il arrivait que parfois sa main droite tremble, comme Nathalie était assise au second rang non loin de lui, elle s'en était aperçue aisément. Le lundi suivant, alors que Hendy était seul, Nathalie s'était proposée comme partenaire d'entraînement avec celui-ci pour le badminton qu'il détestait. Il ne comprenait pas l'utilité d'un tel sport, mais surtout, il n'arrivait pas à comprendre cette balle à ailes... il aurait préféré le tennis de table beaucoup plus popularisé... une raquette fût sacrifiée par Hendy qui n'arrivait pas à frapper la balle... en réalité, il était si fatigué que ses yeux le trompaient, quant à ses bras ou plutôt ses mains, c'est à peine si il pouvait tenir un stylo correctement. Nathalie tenta de le calmer en lui disant qu'il était débutant et qu'il ne devait pas s'énerver pour si peu. Les arguments n'eurent aucun effet, cependant il s'était pourtant calmé et même excusé très sincèrement. C'était la première fois que quelqu'un s'était adressé à lui aussi familièrement et aussi poliment. D'habitude, soit on se moquait de lui, soit on le réprimandait, mais à ce moment là, une voix calme l'avait convié à la paix. Cette tranquillité maintint donc Hendy calme et la séance se termina en de meilleurs augures. Il l'annonça assez morosement :

-Émotion, j'ai gagné mon premier match.
-Ah tu vois ! Tu y es arrivé ! Tu vois quand tu veux tu peux !
-Certes. Mais à quoi bon gagner contre quelqu'un d'un niveau si bas...

Il s'était enfui calmement sans terminer sa phrase. Nathalie se doutait bien que pour son amour propre, pratiquer un sport pour la première fois de sa vie en vue du baccalauréat n'était pas très motivant. Il lui avait dit qu'il avait joué sept ans au tennis de table, il devait certainement se sentir outré de pratiquer un sport si peu attractif, alors qu'il aurait pu pratiquer son sport favori. Qui est l'idiot qui a dit que la démocratie était juste ? Beaucoup avaient voté pour le badminton... mais rappelez-vous ce que disait Belmondo à propos de ceux qui ont voté pour Hitler : "pas parce que 38 millions d'mecs font la même connerie, qu'c'est pas une connerie !"

-Hendy... comme j'aimerais mieux te comprendre...

Vous parlez d'augure ? Une pensée apparût soudain à l'esprit de la jeune fille : les fameux passages du roman de Hendy ! Il est vrai qu'elle aurait préféré tout lire. Mais il était prioritaire de comprendre Hendy le plus vite possible. Les agissements de Hendy étaient de plus en plus imprévisibles et étranges, agissements qui paraissaient si peu naturels ou ne lui ressemblant pas tout simplement. Après quelques heures de lecture et d'analyses... oui, car le jour de son anniversaire, Hendy avait noté au tableau "il faut savoir trouver la vérité cachée derrière les vérités". Elle se doutait bien qu'il parlait à ce moment là aussi bien de ses agissements, de ses paroles mais aussi de ce qu'il écrivait. Pourtant ses phrases semblaient très simples, nonobstant, la simplicité est une chose bien compliquée quand elle n'est pas comprise...

-'tain, Hendy est encore absent ! Je fais comment pour vendredi moi !?
-Pauvre Ludovic ! Il va devoir se farcir l'exposé tout seul, quel enfoiré ce mec !
-Quel hypocrite ! C'est bien un lâche ! Il a fait semblant de bosser et l'abandonne au dernier moment !

Nathalie s'indigna encore des propos de ses camarades. Au demeurant, il ne faut pas oublier que la Vérité triomphe toujours. En effet, Hendy était là lors du jour fatidique et l'exposé se déroula parfaitement. Beaucoup s'étaient tus, par surprise ? Nathalie en était plutôt agréablement surprise. Hendy faisait preuve de peu de volonté en littérature mais aussi dans d'autres matières, tandis que ce jour là, il était parfaitement volontaire et en harmonie avec son camarade. Alors que la sonnerie de la première heure se fît entendre une discussion débuta entre l'enseignante et Hendy :

-Ludovic a l'air content.
-Oui, je dirais même soulagé. Il a dit qu'il ne pouvait pas te joindre.
-Oh mais si. Mais je vous dirais une chose madame : il n'y a pas de problèmes, il n'y a que des solutions.

L'enseignante se contenta de répondre en souriant "may be, may be not". Comment Hendy pouvait-il s'exprimer si sereinement ? N'importe qui à sa place se serait senti mal à l'aise et stressé, même après l'exposé ! Nathalie ne pouvait plus se contenter d'avoir que des mises à jour de mangas pour discussions avec Hendy. C'est alors qu'un jour, au début des grèves contre la nouvelle réforme du ministère de l'éducation (merdique) Nationale, elle profita du "vide" du lycée pour aller parler à Hendy, qui lui-même parlait à un élève de seconde qui venait de partir en cours.

-Je te dérange ?
-Hm ? Oh ! Assis-toi !
-Merci, tu es seul ? Demanda t-elle.
-Non, je parlais à un seconde de la vraie politique.
-Oh, je vois, tu t'y connais.. mais je voulais te parler d'autre chose.
-Silence ou pas, la politique ne changera jamais... de quoi veux tu parler ?
-Pourquoi es-tu aussi souvent absent, Hendy ? Tu devrais faire plus attention...
-J'en suis désolé, je ne peux t'en parler. Je peux juste dire, que le lycée est toxique...
-Pour toi ? Pour nous tous ! Mais il faut bien que nous passions notre baccalauréat, non ?
-C'est beaucoup plus subtil. J'aime les cours, mais pas les élèves, pas le programme ni le système et... dit-il sans finir sa phrase.
-Oui j'ai vu, les élèves ne te comprennent pas... ton franc parler et ton honnêteté gênent... parfois tu dis des choses qui doivent gêner les autres...
-Certains ont dû être blessés par ce que j'ai dit lors de mon oral d'anglais quand j'ai critiqué la société française... mais je ne suis pas un lâche.
-Peut être.... mais je cesserais de tourner autour du pot. Je... je te vois si solitaire, incompris des autres... je voudrais que nous puissions parler sérieusement pour une fois.
-Parler sérieusement ? Mais nous l'avons toujours fait. Je sais, parler de mangas et autres, tout en plaisantant n'est pas très sérieux mais... il n'y a pas de murs, je t'en prie.
-L'autre jour... dans ton petit mot pour mon anniversaire... tu disais que tu me faisais confiance... alors prouves-le. Parles-moi de ce qui te tracasse, je veux au moins savoir le début.
-Il est dommage que je ne sois pas d'humeur à parler longuement, je résumerais alors... pour moi qui n'ait connu que la haine, l'absence d'amour, d'affection et de tendresse sont devenus un fardeau bien lourd pour ma personne.
-Toi, qui n'a connu que la haine ? J'ai bien lu certains passages où tu parlais des discriminations et autres... mais je ne pensais pas que dans la vie réelle c'était à ce point là... et pour les autres passages, dis-moi que c'est bien...
-Ce roman est une autobiographie fictive, c'est-à-dire une histoire fictive mais avec pour base de vrais évènements, de vraies pensées ainsi que de vrais sentiments et donc de vrais souvenirs... il fait si chaud... j'ai du mal à respirer... si seulement la pluie pouvait tomber.
-C'est en effet un début... un jour tu finiras bien par tout me dire... je suis ton amie n'est-ce pas ?
-La meilleure...

Hendy resta silencieux ainsi à regarder dans le vide, le visage exténué et le regard abandonné... pourtant, il était heureux de parler franchement avec quelqu'un ici bas. Nathalie découvrait peu à peu ce mystérieux garçon qui était bien plus silencieux que ses nombreuses paroles et interventions le faisaient penser.

-D'accord, si tu ne veux pas en parler plus longuement...
-Non, ce n'est pas ça... reste s'il te plait. J'aime quand les gens me tiennent compagnie.

Cette parole très simple et sincère fît rasseoir Nathalie qui observait Hendy comme quelqu'un de beaucoup plus accessible qu'elle le pensait.

-Je ne pense qu'à vouloir parler à quelqu'un avec qui je pourrais être un peu proche...
-Tu as bien dit que j'étais ta meilleure amie ? Alors je resterai et je t'écouterai silencieusement.
-Mais pour le moment... je préférerais t'écouter... je ne te connais presque pas et je suis fatigué de parler.
-M'é-m'écouter ? euh... eh bien... je sais que tu t'intéresses aux saris... mais en fait, je cherche une robe de soirée...
-Une robe ? Oh mon Dieu, aujourd'hui il faut prier pour voir une fille en porter une !
-Tu aimes les robes Hendy ?
-Je suis à moitié oriental et moitié occidental, ne l'oublies pas...
-Hmm... pourtant tu n'es pas aussi vicieux que tes camarades...
-Un humain reste un animal... j'ai des envies animales, je n'ai pas à le cacher... mais, je suis loin d'être un pervers...
-Tu as raison... en fait... j'hésite entre une robe bleue et une robe rouge...
-Comme ça, je ne peux rien te dire, il faudrait que je les vois pour te donner un avis réel. C'est pour quelle occasion au juste ?
-Pour une soirée... enfin, pour le cas où je veux dire... et je ne sais pas si il y aura une soirée pour la fin de l'année scolaire...
-Un bal tu veux dire ? Il n'y en a jamais eu à ma connaissance... en tout cas, pas durant la période où mes amis étaient ici...
-Tiens, voilà les photos des robes.
-Oh, tu les avais sur toi ?

Nathalie observa la façon dont Hendy regardait les photos. Elle s'aperçut qu'il n'avait nullement fait attention aux modèles, mais que son attention était bien sur les robes...

-C'est beaucoup plus clair maintenant... la rouge est pas mal, mais je préfère de loin la bleue.
-Merci je prendrais la bleue alors !
-Mais ce n'est que mon avis !
-Tu as bon goût ! Je préfère faire confiance à ton avis.
-Mais...
-Je ne me suis jamais habillée de manière indécente je pense... mais parfois je n'ai pas toujours la classe...
-Notre Nathalie qui parle aussi "jeunement"... "pas toujours la classe" !? Tu te fous de moi là ! Tu fais partie des filles les mieux habillées que je connaisse... parfois tu es habillée assez simplement, mais cela reste très acceptable à mes yeux !
-Oh merci... mais n'en dis pas plus tu vas me faire rougir...
-Milles excuses... je ne voulais pas... enfin... je dis toujours ce que je pense.
-C'est bien à ton honneur.
-Me fréquenter est dangereux, tu te mets à parler comme moi !
-Les mots ne t'appartiennent pas mon cher Hendy qui aime bien les robes...
-Heureusement qu'il n'y a personne...
-Aurais-tu peur de ce qu'ils diraient ?
-Pas le moins du monde. Mais rien que de les entendre parler m'irrite... je ne veux de mal à personne... je ne veux pas que mon irritation me pousse à la colère... je ne voudrais pas montrer ce monstre de destruction...
-J'avais presque oublié à propos de la raquette que tu as tordue ! Tu étais vraiment de mauvaise humeur ce jour-là !
-Oh... mes sens me trompaient... et de plus... cette chaleur étouffante m'empêchait de penser clairement... et la chaleur m'agace plus que tout au monde... je m'en fiches de me faire ridiculiser dans un sport où je suis amateur... c'est cette chaleur qui m'irrite et qui m'empêche de vivre... survivre sereinement.
-Pourquoi parles-tu ainsi ?
-Parce que... je suis fatigué... excuse-moi... cela ne te fais rien si je repose mes yeux ?
-Non.
-Mais tu peux me parler... je répondrais à peine... mais parles s'il te plait... je n'ai pas ce genre d'occasion assez souvent... pour les pauses entre deux heures de philo ou de littérature on ne parle que de mangas... et parfois je suis absent... et je voudrais parler... enfin... t'écouter plus longuement...
-Ton amitié fait plaisir à voir. Tu sais dernièrement j'ai vu un film...

Une longue et forte amitié commença... dans un monde troublé sur une terre de guerres et de conflits, que deviendraient-ils ? Leur amitié continuera t-elle ? Hendy s'ouvrira t-il définitivement à Nathalie ? Pourquoi Nathalie apprécie t-elle tellement Hendy ? Pourquoi tant de sollicitude ? L'une des réponses était qu'elle avait sûrement découvert l'une des "clés" bien avant qu'elle ne reçoive son cadeau d'anniversaire... la franchise de Hendy et son amitié naturelle l'avaient mise en confiance... que serait le lendemain ? Soleil d'enfer ou pluie apaisante ? Only God knows...

Fin du second épisode.
avatar
Kyosuke Hendy
Posteur moyen

Messages : 88
Date d'inscription : 20/02/2010
Age : 28

http://violin-lover.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Mishiko le Jeu 11 Mar - 20:20

Super. Vivement la suite ;D !
avatar
Mishiko
Posteur débutant

Messages : 39
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 22
Localisation : j'irai au bout de mes rêveuuuuh

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Kyosuke Hendy le Jeu 11 Mar - 20:23

As Much I Love You

Episode 3

Violin... piano... links to literature ?



Temps nuageux, températures fraîches alors que l'été bat son plein, merci aux nombreuses industries pour ce réchauffement climatique qui produit des choses aussi étranges... la pluie ne viendra pas. Cafétéria, stylo, écouteurs, musique, feuilles de papier, mais personne ne viendra s'asseoir à cette table, ni maintenant, ni aux heures diverses...

-Toujours à rien foutre comme d'habitude !
-Il fait comme si c'était un grand mais il écrit que de la merde !
-Quoi t'as perdu ton temps à lire ce qu'il écrit ? T'es malade ou quoi !?
-Mais non, jamais ! Mais même si je lisais je sais que ce serait de la merde !

Nathalie qui passait par là dût entendre encore des médisances au sujet de son nouvel ami. Nathalie voulût leur dire que l'on ne jugeait pas un livre à sa couverture et que la critique était facile mais pas l'art. Cependant, elle voulait que leur amitié demeure discrète, elle ne supportait pas ces regards qui en disaient longs "comment elle fait pour s'entendre avec ce type ?" D'ailleurs, vu ce qu'elle avait entendu, ils n'avaient jamais lu, donc leurs paroles étaient bien plus éphémères et remplies de vacuité que ces deux mots utilisés. Hendy restait souvent à la cafétéria pour écrire, il lui arrivait de déchirer certaines feuilles, pourtant il lui arrivait d'écrire au CDI, mais le nombre d'élèves étant trop important parfois ne le motivait à s'y introduire souvent. Ce vendredi là, Nathalie avait pu observer Hendy de loin, elle était assise au milieu de ses amies. Il écrivait beaucoup ce jour-là et quand elle vit le regard de celui-ci il n'y avait nul doute que ce n'était pas le Hendy que tous pensaient connaitre qu'elle voyait. Il prit une boisson qui eût d'étranges effets sur lui, ou bien, c'était la joie d'avoir fait un "chef d'oeuvre" ? Les conséquences en sont qu'il était très actif durant le cours de Philosophie qui s'ensuivit. Quelle était donc cette joie qui animait Hendy, qui avait la triste réputation d'être morose tous les jours malgré ses imposteurs de sourires ? Le lendemain, profitant du nombre important d'absents, elle s'aventura à rejoindre Hendy, qui cette fois-ci était assis seul dans les escaliers les yeux perdus dans les nuages...

-Hendy ? ça va ?
-Oh, bonjour Nathalie. Je vais bien et toi ?
-Bien. Alors Hendy que nous vaut cette joie ?
-Joie ? Oh, hier... j'ai juste trouvé une musique...
-Une musique ? Expliques-toi je ne comprends pas.
-Plusieurs en fait, qui m'inspirent beaucoup et parfois...
-Parfois ? Quoi donc ? Allez dis moi tout, tu es trop mystérieux !
-Mystérieux ? Moi ? Ne dis pas de telles choses. C'est comme si elle était là...
-Oh, je vois... elle te manque tant que cela ? Je veux dire, tu n'arrives pas à l'oublier ?
-Comment oublier la lumière qui est apparue dans cette sombre obscurité qu'était mon monde ?
-Je vais devoir changer de sujet. En tant qu'amie je ne peux pas me permettre qu'il devienne triste, pensa Nathalie.
-Qu'y a t-il Nathalie ? Tu es pensive soudainement. Je suis désolé de t'importuner avec mes pensées qui sont plus qu'inutiles.
-Oh non, pas le moins du monde Hendy ! Je voulais juste te demander quelles étaient ces fameuses musiques dont tu t'inspirais.
-Ah d'accord. Ce sont essentiellement des titres de musique classique, piano mais surtout violon. Le piano pour les sentiments, le violon pour la passion.
-La passion ? La passion n'est pas considéré comme un sentiment à tes yeux ?
-Si. Je me suis mal exprimé, pardon. Je voulais dire le divin. La passion au plus haut niveau.
-Je vois. Au juste, que fais-tu dans les escaliers, et pourquoi te caches-tu toujours pendant les récréations ?
-"Plus j'étais entouré de gens, plus je me sentais seul" disait Hemingway. Je ne supporte pas la foule et encore moins... enfin, c'est juste que je ne me sens pas bien. Je préfère les endroits calmes.
-Même dans un instant simple comme une récréation, tu te sens opprimé ?
-Je m'y sens seul et mal entouré, je ne m'y sens pas bien non plus. Je préfère les endroits où je peux me sentir en sécurité.
-Quels poèmes écris-tu puisque tu parlais d'inspiration ?
-C'est vrai qu'on m'a étiqueté comme poète... mais j'écris de tout, roman, textes, lettres, pensées, poèmes, chansons...
-Mais ton thème ?
-Je n'en ai pas vraiment. J'essaie juste d'y imprégner mon âme le plus possible. Par contre, il est vrai que ces derniers mois j'écris majoritairement des choses romantiques.
-Et tu n'arrives pas à te trouver une fille ?
-Quelle façon rude de parler. Il n'y a personne qui veut la remplacer c'est tout.
-Ou plutôt tu ne veux pas ?
-C'est ma faute si les filles préfèrent les pervers pour ensuite s'en plaindre inutilement !? Elles n'ont qu'à choisir les "gentils" !
-Tu crois que c'est écrit sur le front ?
-Loin de moi cette pensée. Mais quand je vois certains... merde, elles n'ont qu'à aller avec celui qui les aime, pas celui qui les séduit ou qui a des muscles soi-disant...on pourrait pas parler d'autre chose ?
-Très bien, alors parles-moi de ton dernier poème, de ton inspiration.
-Mon inspiration... j'écris juste ce que je ressens, ce qui est caché... mais la musique me rend plus libre, comme si je flottais ou que je devenais moi même la musique ou un chant... parfois quand j'écris certains poèmes, je chante toujours le premier ou certains vers dans ma tête...
-Ce n'est pas tout Hendy, mais il faudrait que nous nous dépêchions, nous avons cours dans quelques minutes.
-Tu cauchemardes en plein jour ? On n'a pas cours pour cause de conseils de classe.
-Oh, c'est aujourd'hui.
-Je vais sûrement me faire réprimander pour mes absences, mais je m'en fiche.
-Tu devrais pourtant essayer d'être plus assidu.
-Je sais... mais c'est le lycée et ses élèves qui me rendent malade...
-Nous parlons beaucoup, mais c'est à peine si j'ai accès à tes pensées.
-J'en suis désolé, je ne veux pas t'offenser, mais c'est à celle que j'aime que je voudrais parler.
-Oh, pourquoi donc ?
-La discussion n'aurait été qu'un prétexte pour la prendre dans mes bras.
-Tu-tu cherches du réconfort ? Hendy, ne me dis pas que tu continues de déprimer !?
-Tous ceux qui m'étaient chers sont morts, elle aussi, et je ne veux pas rentrer chez moi.

Un long silence s'installa. Nathalie s'assit et fit signe à Hendy de mettre la musique. Hendy s'exécuta. Cette jeune fille était vraiment intelligente, elle avait compris que pour comprendre Hendy et communiquer avec lui, ou plutôt, pour qu'il communique mieux avec elle, il fallait écouter la musique qu'il choisirait. Nathalie semblait lui faire comprendre du regard "vas-y, fais moi comprendre ce que tu ressens mon ami... si tu ne peux parler, la musique le peux pour toi non ?"
"Haru no Katami" de Chitose Hajime. Sauf erreur, il n'y avait pas de piano. Il devait peut être y avoir des violons, mais ils étaient très discrets. Une voix très émotive, une de ces flutes orientales, une guitare qui accompagnait à peine, mais c'était surtout la présence de la voix que l'on pouvait retenir. Qui aurait pu ignorer cette plainte d'amour ? Personne sauf un inhumain.
Pourtant, Hendy gardait les yeux fermés, comme si Nathalie n'était pas là, le titre suivant fût "Because I love you" de l'album "Violin love music 2008". Mais cette fois, le portable n'était pas abandonné par terre entre les deux amis, mais dans la main de Nathalie. Elle pût s'apercevoir qu'il avait un crédit phénoménal, à quoi bon avoir un forfait si ce n'est pour appeler personne. Mais son forfait était peut être dans d'autres faits...
Elle-même s'était perdue dans la musique et se rendit à peine compte que maintenant c'était "Listen to your heart" du même album. Nonobstant, elle se rendit compte que Hendy s'était endormi tout simplement ! En cette fin d'année, bien que ses résultats n'étaient pas les meilleurs, il revenait en cours comme si il avait travaillé comme un forcené. Il semblait épuisé voire peut être malade... cependant, ce n'est pas cela qui prit au dépourvu Nathalie. C'est le fait que bien qu'endormi, les bras de Hendy étaient positionnés comme si il tenait quelqu'un dans ses bras !

-Serait-il en train de rêver d'elle ? Oh, mais ! Il verse des larmes en dormant ! Lui qui se dit maudit de ne pouvoir pleurer !? Devrais-je le réveiller ? Pensa Nathalie.

Elle le réveilla. Il ouvrit les yeux et vit une éclipse de soleil qui avait pour lune, Nathalie. Il se sentit honteux d'avoir été réveillé ainsi, les bras positionnés pour tenir quelqu'un dans ses bras et de plus, le visage meurtri par les larmes.

-E-excuse-moi, je dois m'en aller !

Il s'enfuit ainsi oubliant son portable et laissant Nathalie au dépourvu. Elle descendit calmement les escaliers se demandant pourquoi elle n'avait pas tenté de le rattraper. Est-ce cela son secret ? Ne pouvoir dormir que dans un silence paisible, amical mais de musique aussi ? Elle rentra chez elle et copia toutes les musiques sur son ordinateur. Il fallait qu'elle perce l'énigme du "vrai" Hendy. En tant qu'amie, elle voulait que Hendy cesse cette auto-destruction, qu'il puisse vivre réellement libre et heureux comme tous les autres. Soudain, il lui vint une pensée. Jamais elle n'avait vu quelqu'un comme Hendy. Il n'était pas de nature égoïste et malgré sa tristesse, il s'évertuait à aider tous ceux qui avaient besoin de lui. Son amitié même était un trésor bien précieux. Hendy semblait ne s'adresser qu'à des personnes amicales et authentiques... par exemple, il était ami avec Ludovic un de ses proches amis, Yussuf son ami d'enfance et enfin Romain le rebelle et communiste de la classe avec qui Hendy s'amusait le plus souvent car ils étaient assis ensemble dans presque tous les cours, sauf en philosophie et en espagnol. Mais cette image ne cessait de l'émouvoir, voir Hendy endormi, serrant un fantôme dans ses bras et le visage en larmes... sa solitude était-elle aussi lancinante que cela ? Mais elle se demandait aussi pourquoi celui-ci ne voulait pas retourner chez lui ? Elle se connecta sur son logiciel de messagerie instantané en espérant l'y voir connecté lui-même. Son ordinateur l'était mais pas lui, il était "absent". Pourtant, il y avait un message personnel "Minoutchka, why do you don't exist ?" A sa connaissance, "Minoutchka" était le prénom d'un personnage fictif qui revenait souvent dans les écrits de Hendy. Il n'a jamais connu de Minoutchka, pourtant ce prénom hantait ses écrits.
Les jours continuèrent à s'écouler ainsi, Hendy la mettait à jour en mangas, mais bien qu'il le faisait avec sourire, restait toujours à distance dans un silence existentiel. Au demeurant, la langue reste un muscle inépuisable :

-Il fout quoi au lycée ? Il s'absente trop souvent !
-Ils foutent quoi à l'administration ! Il n'a eu aucun avertissement !
-Normal ! C'est Yussuf le délégué ! J'suis sûr qu'il l'a défendu en mentant !

Nathalie sortit de la classe ne pouvant supporter une quatrième phrase. Yussuf était son ami d'enfance, quelqu'un de jovial et amusant, mais même pour ses amis, il ne mentait jamais et étrangement tout comme Hendy, préférait le silence aux excuses inutiles ou autres. Yussuf était le meilleur ami de Romain, ces deux amis étaient devenus ceux de Hendy dès le début de l'année, aucun d'eux ne le blâma jamais de ses absences. Peut être parce que Hendy le leur disait ou le leur faisait comprendre. Quant à Nathalie, il lui répondait toujours "rien de grave". Une fois il dit même "rien de grave, je suis tombé des escaliers, le doc' m'a mis au repos pour deux jours". Cette remarque avait fait sourire certains, Hendy ne semblait pas blessé. Pourtant bien qu'il n'était pas blessé, ni qu'il n'en avait pas l'air, parfois voire souvent, Hendy marchait comme si ses jambes le martyrisaient ou quand il voulait appuyer sur la table pour passer de l'autre côté, il faisait une grimace et s'asseyait dessus finalement pour passer. Il devait sûrement se sous-alimenter voire peut être jeûner !

-Tu as vu ce que Hendy a fait ?
-Quoi ? Il a fait quoi encore ce type ?
-Il a jeté le sandwich qu'il avait pourtant payé !
-Lui qui joue les humanitaires et nous engueule !
-Quel hypocrite ! Il nous dit tout le temps de penser à ceux qui n'ont rien !

Ces dernières remarques firent réagir Nathalie, pour qu'il puisse agir ainsi, il devait frôler l'inconscience et ne plus être lui-même. L'après-midi, elle fouilla tout le lycée pour le retrouver dans les escaliers. Nathalie ne lui avait toujours pas rendu son portable et celui-ci ne l'avait même pas demandé. Elle activa la musique en montant les escaliers. Hendy ouvrit les yeux et vit enfin Nathalie monter les escaliers du second étage.

-"Torn apart" de Shiro Sagisu. C'est cela que tu ressens en ce moment ?
-Je... euh... oui... mais c'est mon portable ! Que fait-il avec toi !? Je croyais l'avoir perdu !
-Tu ne t'en souviens pas ? Nous écoutions la musique ensemble et tu t'étais endormi, puis tu t'es enfui en l'oubliant.
-Ah bon ? Je croyais l'avoir simplement perdu dans le taxi...
-Alors, dis-moi ce qui ne va pas. Je ne peux plus supporter ce silence.
-Oh pardon. Je suis désolé pour ces derniers jours... c'est juste que j'écris quelques pensées et je pense à certaines choses...
-Comme ?
-La vie que je voudrais vivre si j'étais dans un monde libre.
-Alors racontes-moi.
-Te raconter ?
-Oui, dis-moi comment tu le verrais, ou plutôt, racontes moi une "scène" de ce que tu voudrais vivre ?
Il ferma les yeux et commença son récit :
-Une petite maison avec une cheminée, une forêt qui n'est pas loin, un champ de fleurs, un violon qui me berce... c'est elle qui joue au violon... elle cesse d'en jouer et me regarde d'où elle est. Elle m'offre un timide sourire. Puis elle se remet à jouer, je referme mes yeux alors qu'elle s'approche de plus en plus. Elle dépose son violon à côté de moi, j'ouvre mes yeux et la fait blottir contre moi...
Il s'enferma alors dans un doux silence, mais ne s'endormit pas comme la dernière fois.
-Hendy ?
-Quand on aime quelqu'un, l'instrument approprié, c'est le violon... le piano pour l'accompagner aussi... si il n'y a aucun de ces deux instruments, le connard avec qui tu danses ne t'aime pas.
-C'est une leçon que je retiendrai.
Hendy se leva et fît signe qu'il partait.
-Je suis épuisé, mon lit m'appelle...
-Pourtant tu n'as pas l'air pressé mon ami.
-Tu sais que je suis triste... en tant qu'ami, j'ai une requête.
-Euh oui, dis-moi ?
-Je peux te prendre dans mes bras ?

Nathalie ne répondit pas et le prit dans ses bras, bien qu'elle fusse plus petite que son ami. Si elle pouvait réconforter son ami ne serait-ce que quelques secondes, elle se sentirait mieux envers celui-qui passait son temps à aider les autres et elle-même... il se débrouillait toujours pour obtenir ce que Nathalie voulait, des mangas, des films, des musiques, des avis... cet instant ne dura pas longtemps pourtant.

-C'est bientôt les vacances... mais si tu veux vraiment devenir concrètement ma meilleure amie, ce n'est pas le violon que tu devras écouter, mais le piano, car le violon ne t'es pas réservé...

Il partit aussi froidement, pourtant, il semblait avoir prononcé ces mots avec douleur. Nathalie resta ainsi mais réussit quand même :
-Passes de bonnes fêtes Hendy !

Le visage ne se retourna pas mais une main s'était levée se balançant pour exprimer sa pensée. Les liens qui liaient Hendy à la musique semblaient plus subtils que cela. Au lieu de faire ces stupides études, n'aurait-il pas préféré faire de la musique ? Pourquoi être en section littéraire si il n'aimait pas ce qui y était enseigné ? Cependant, dans une société corrompue qui est basée sur l'argent, les études ne sont pas réglées pour que quiconque devienne ce qu'il doit devenir, mais ce que la société désire qu'il devienne...

Fin du troisième épisode.
avatar
Kyosuke Hendy
Posteur moyen

Messages : 88
Date d'inscription : 20/02/2010
Age : 28

http://violin-lover.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Mishiko le Sam 13 Mar - 13:20

J'adore les références musicales ^^ encore un autre chapitre génial I love you
avatar
Mishiko
Posteur débutant

Messages : 39
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 22
Localisation : j'irai au bout de mes rêveuuuuh

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Kyosuke Hendy le Sam 13 Mar - 13:41

As Much I love You

Episode 4

Would you dance with me ?


-Nathalie attends-moi ! Nathalie !
-Qu'y a t-il Hendy ?

Les vacances qui duraient plus d'un mois étaient finies. Le mois de février s'était écoulé rapidement, bien que Hendy se soit mis sur son trente et un pour la Saint Valentin, il demeurait célibataire. Nathalie avait remarqué pourtant que Hendy semblait plus jovial que d'habitude. Il s'était fait de nouveaux amis dans les diverses sections du lycée et s'amusait beaucoup avec certains d'entre eux. Cela irritait les autres élèves de sa classe car sa bonne humeur se manifestait aussi pendant les cours, surtout en cours d'histoire et de philosophie. Les relations entre Hendy et Nathalie étaient restées discrètes, s'étant réduites à nouveau à des mises à jour de mangas, mais quelques petites discussions avant les examens blancs chaque semaine malgré tout. Les vacances de Mars étaient pour bientôt, mais cette fois, Hendy ne voulait pas que ces vacances restent aussi ternes que les précédentes...

-Euh... je suis invité à une fête. C'est l'un de mes nouveau amis... il est en S et a l'air réglo... ça te dirait de m'accompagner, j'ai peur de n'y croiser que des inconnus et je...
-Tu ne veux pas te sentir seul, c'est bien ça ? Dit-elle d'un ton très affectueux. Que tu ne sois pas seul pourrait passer pour un désir égoïste, mais j'ai envie de passer du temps avec toi puisque le lycée ne nous le permets pas.
-Oh merci... euh... ce sera le vendredi 13 Mars à 19h... mon père doit passer me prendre à 18h30... mais...
-Je t'attendrais devant le lycée à 18h40. Est-ce que cela te convient ?
-Oui on devrait y arriver dans les temps...
-Oui, mais la question est de quel temps j'ai envie de passer... dit elle malicieusement en tâtonnant sur l'épaule de Hendy en partant.
-A vendredi alors...
-A vendredi Hendy...

Nathalie était agréablement surprise de voir que Hendy avait finalement fini par se faire intégrer un peu dans le lycée à défaut de s'intégrer dans la classe. Mais elle était encore plus heureuse d'être invitée par Hendy. Elle allait enfin pouvoir porter cette robe que Hendy lui avait conseillée... pourtant un doute s'empara d'elle, si elle s'habillait ainsi aux côtés de Hendy, on risquerait de les prendre pour un couple, or il n'étaient que bons amis, rien de plus. Elle hésita jusqu'à la veille puis se décida enfin à porter sa robe bleue. Après tout, ce serait Hendy qui la présenterai à son ami et il n'y aurait aucun malentendu.

-Tu es radieuse Nathalie.
-Mais tu ne trouves pas que c'est trop ?
-Pas du tout ! Cette robe te va à merveille !
-Hendy, c'est ta petite amie ? Tu ne me l'avais pas dit vaurien !
-Père ! Quelle insolence ! C'est ma meilleure amie, surveilles ton langage !
-Oh, très bien monsieur. Si j'avais su, je ne t'aurais pas fait payer l'essence par contre.
-Ne l'écoutes pas, il dit ça, mais je sais très bien qu'il m'aurait fait payer l'essence malgré tout. Chuchota Hendy qui fit sourire Nathalie.

Nonobstant, ils eurent un petit problème. C'était la première fois qu'ils se rendaient chez cet ami et ils ne connaissaient que la moitié du chemin. Or, à cette période de l'année, il faisait déjà très sombre et les rues du quartier du jeune homme étaient dans un bien piteux état.

-Peut être qu'il faudrait descendre.. papa déposes nous ici, il n'y a pas beaucoup à marcher.
-Ok.
-Tu es sûr Hendy ?
-Vu l'état des rues et l'obscurité, on aura plus de chances de trouver à pied en nous aidant des lumières avoisinantes... numéro 21... ici c'est 9... c'est pas loin marchons un peu et on trouvera...

Ils descendirent donc de la voiture. Nathalie fût surprise par l'assurance de Hendy.

-Tu es bien sûr de toi...
-C'est étrange, il n'y a pas de ballons...
-Tu ne t'es pas trompé de jour ? Peut être que...
-Non, c'est bien aujourd'hui... ah c'est ici, dit Hendy qui s'était aidé de son portable inutilisé.
-Il n'y a pas de sonnette.
-Par contre il y a une clochette.

Hendy hésita, ayant un peu honte d'utiliser une chose si préhistorique, mais le fit.

-Ah tu es finalement venu !
-Salut ! J'ai amené une camarade de classe avec moi, je te présente Nathalie.
-Enchanté.
-Enchantée.
-Il n'y a personne ?
-Vous êtes arrivés en avance aussi. Par contre vous êtes bien habillés pour une simple fête, fît remarquer l'hôte.

En effet, Nathalie était habillée de sa robe bleue tandis que Hendy portait une chemise blanche en soie, un pantalon noir "à la mode" et des chaussures de ville.

-Tu voulais quand même pas que l'on s'habille comme si nous étions en cours ?!
-T'as raison.

Ils traversèrent la maison pour se retrouver sous la véranda. Leur ami installait le matériel, ils saluèrent les parents qui étaient ravis d'accueillir des jeunes personnages raffinés ce qui est peu commun durant cette sombre époque. Hendy fût ravi de retrouver certains de ses nouveaux amis. Il plaisanta beaucoup avec ceux-ci aux côtés de Nathalie qui restait silencieuse mais souriante.

-Tu t'entends bien avec eux.
-Oui beaucoup, mais lui il a gâché ma soirée ! Plaisanta Hendy.
-Arrêtes Hendy ! On va se débarrasser de lui t'inquiètes pas ! S'exclama l'un de ses amis.

Il y avait un garçon sur qui Hendy se défoulait mais qu'il respectait. Hendy n'arrivait jamais à raisonner ce jeune homme qui ne pensait qu'à devenir soldat. La vie n'est pas faite pour être sacrifiée. La vie est donnée pour que l'humanité de l'Humanité s'accomplisse. Les autres invités arrivèrent enfin et la musique s'activa. Hendy et Nathalie s'installèrent dans un canapé, continuant de plaisanter avec leurs nouveaux amis. Les amis de Hendy sont ceux de Nathalie voyons... Ils eurent droit à The Police, ancien groupe de Sting. Hélas, sous l'influence des jeunes incultes, ils eurent droit à de la musique de très basse qualité. Cependant, Hendy n'avait pas remarqué la présence de l'alcool. Ils étaient du côté de la véranda où la vue était la meilleure de toute façon. Au demeurant, après quelques heures, certains invités tenaient des bouteilles de bière et certains commençaient à être saouls. Les jeunes démons, loin d'être majeurs dansaient de plus en plus indécemment. Hendy, 19 ans, l'un des ainés, et donc, l'un des rares à être majeur eût un mauvais pressentiment. Nathalie était plus jeune que lui d'à peine un an...

-François, c'est quoi ce binns ?
-De quoi tu parles Hendy ? Je t'entends pas !
-Y'a les invités qui sont saouls, et là bas je reconnais des filles de ma classe, elles sont pas majeures mec !
-Sérieux !? Qui les a laissé boire ?
-Et merde, j'le sens pas, Nathalie, restes ici.

Mais avant même qu'il ne puisse se diriger là où il fallait, il entendit du bruit derrière son dos. En se retournant, il pût voir une fille allongée dans un canapé dans le salon, tombée dans le coma éthylique. Les responsables prenaient soin d'elle, choqués par un tel évènement.... Cette fille déjà connue de mauvaise réputation pour prise de stupéfiants avait bu et s'était faite boire.

-Et merde...
-Comment va t-elle ?

La musique s'était arrêtée et tous s'étaient précipités à l'intérieur. Hendy prit la main de Nathalie et la regarda avec honte. Il demanda congé auprès du père de l'hôte puis ils quittèrent les lieux.

-Je suis désolé Nathalie. Si j'avais su, je ne t'aurais pas demandé de m'accompagner... moi-même je ne serais pas venu...
-Hendy ! Tu t'en vas ? Je t'emmène ! Pas la peine de déranger ton père.
-C'est super merci François !

François déposa donc Hendy et Nathalie chez le solitaire. Hendy fît entrer Nathalie dans le salon et l'invita à s'asseoir pendant qu'il alla chercher des boissons. En effet, Nathalie devait rentrer chez elle, mais il n'y avait personne, tout le monde était parti en voyage. Hendy s'était senti mal à l'aise et avait invité Nathalie à dormir dans la chambre d'ami chez lui, de toute façon, sa mère n'était pas là.

-Tu es fils unique Hendy ?
-Hum ? oh oui, pourquoi ?
-Comme ça. Mais tes parents ?
-Hum ? oh, divorcés depuis un an ou deux...
-Tu t'entends très bien avec ton père et tu habites avec ta mère...
-Je n'ai rien décidé, cette maison est la mienne... le tribunal a donné raison à maman... mais j'aurais préféré que Père soit avec nous... je reste dans cette maison seulement parce qu'y résident mes chiens et ma chatte... sinon... à vrai dire, je n'ai nulle part où aller à part ici... Père vit dans une toute petite maison et je ne voudrais pas le déranger.
-Oh je comprends...
-Je suis désolé... la musique était pas super... et nous n'avons pas eu l'occasion de danser...
-Tu voulais danser avec moi ?
-Oh... euh... tu voulais danser avec l'un de mes amis ?
-Je n'y ai même pas pensé... j'ai mis cette robe... mais je n'ai jamais pensé à danser...
-Ah d'accord... non je ... juste comme ça, qui aurait pu médire sur notre sujet ?
-Nos camarades de classes ?
-Tu ne les as pas vu Nathalie ? Elle étaient toutes saoules et s'embrassaient entre elles ! J'ai même vu l'ex de Marina en profiter pour les embrasser chacune... un trio dans lequel il y a deux des meilleures élèves de la classe... je suis... I'm disappointed !

Hendy s'exprimait toujours en anglais quand il ne les trouvait plus en français. Étrange de la part de quelqu'un dont la langue maternelle était bien le français et non l'anglais comme pourrait le suggérer son prénom "Hendy" qui n'était que l'évolution moderne de "Andy".

-Ah oui, c'est vrai...
-Je n'ai rien contre les lesbiennes... c'est l'alcool et le fait qu'elles soient en état d'ébriété qui m'irrite... si encore c'était des élèves de bas étage... en plus, avant de partir, elles m'ont demandé de ne rien dire... comme si j'allais les dénoncer ! C'est bien mon genre ça !
-Tu ne l'aurais pas fait ?
-Pourquoi faire ? Elles ont fait les connes ? Oui ! Mais doivent-elles le payer pour autant ? Je préfère les laisser méditer sur leurs erreurs plutôt que de les blâmer, je n'ai pas à juger les gens, personne n'a le droit de juger pas même Dieu.

Hendy se tût en buvant un café. Ils avaient longuement parlé et il était déjà minuit. Nathalie se sentait gênée... Hendy était d'un naturel solitaire, mais il s'était fait de nouveaux amis... il avait l'intention de danser avec elle... cela aurait été un magnifique évènement pour lui... danser avec sa meilleure amie au milieu de ses nouveaux amis, bien qu'accompagnés par d'autres éléments du lycée. Elle avait passée trois bonnes heures en compagnie de Hendy et ses amis qui ne cessaient de plaisanter, certaines l'avait même invité à danser mais Hendy refusait en justifiant honnêtement que la musique ne lui plaisait pas. Il s'était fait aussi fait des amies, l'une d'entre elles ne cessait de taquiner et de titiller Hendy, puis avait pris de photos de lui avec ses amis, Nathalie et elle-même. Bien qu'elle n'était qu'une simple amie, Nathalie s'était sentie un peu indignée du comportement de celle-ci, était-elle jalouse ?

-Mais cette fille était un peu trop ennuyeuse non ?
-Hum ? Notre amie photographe ? Oh j'aime beaucoup parler avec elle, elle est très amusante et malicieuse.
-Oui mais elle avait l'air de bien t'aimer.
-Tu crois ? De toute façon, elle a un copain... et tu as bien vu que j'ai refusé de danser avec elle.
-Tu aurais pu danser avec elle pourtant.
-Sur cette musique de merde ?
-Oh c'est vrai...

Une pensée traversa alors Nathalie et elle regarda alors Hendy d'un air étrange, comme si elle était inquiète...

-Ça ne va pas Nathalie ?
-Tu pourrais mettre la musique que tu aurais voulu entendre ?
-Euh... si tel est ton désir...
-Après, nous pourrons peut être danser ensemble...

Après cet apophtegme Hendy choisit avec précaution le titre qu'il voulait lui faire écouter... sur son ordinateur équipé de ce qu'il fallait, il y avait tant de musiques qu'il aimait, mais celle là, devait être jouée pour être dansée avec sa chère amie Nathalie...

-Tu connais Scarlet de Iwao Junko ?
-Oui, c'était l'opening de Ayashi No Ceres ! Tu m'as donné ce manga tu as oublié ?
-Oh, c'est vrai... bon eh bien je mets... shall we dance dear friend ?
-Of course.

Une musique très douce, subtile, mélodieuse, émotionnelle, une histoire, une passion racontée, une voix si révélatrice... Hendy tenait à peine la main droite de Nathalie tandis que sa droite était légèrement dans son dos... position des mains utilisée pour le tango normalement... pourtant c'était... un slow dirons nous...

-Hendy... laisse moi te prendre dans mes bras.
-Pardon ?

Quelque chose s'était-il passé en écoutant cette chanson ? Qu'avait donc la douce Nathalie ?

-Tu ne voulais pas danser Hendy... tu es à la recherche de consolation, de réconfort... bien que tu sois au milieu de tes amis, ton sang coule encore...
-Oui, se contenta de dire Hendy...
-Hendy, nous avons toujours été honnêtes l'un envers l'autre...
-Oui ?
-Tu me fais confiance n'est-ce pas ? Alors réponds moi franchement... c'est pour cela que je t'ai pris dans mes bras... pour que mon regard ne t'intimide pas... réponds-moi Hendy... tu m'aimes, n'est-ce pas ?
-Je...
-N'aies pas honte mon ami... toutes ces filles qui ont demandé à danser avec toi... tu as toujours refusé... il est vrai que la musique n'était pas de bonne qualité... mais j'ai bien senti dans ton regard que tu ne voulais danser qu'avec moi... alors... continuons en slow...
-Bien...
-Tu n'as toujours pas répondu Hendy...
-Je suis content que ce soit avec moi que tu danses Nathalie...
-Je ne te récompenserai que si tu réponds à ma question cher Hendy...

Ils se chuchotaient à l'oreille ainsi, l'une mettant l'autre au défi de reconnaître ses sentiments cachés pour celle-ci... Hendy avait toujours vu Nathalie comme une amie, une soeur... mais au plus profond de lui-même...

-Hendy... dis-le moi...
-Promets-moi d'abord que tu continueras à danser avec moi quelque soit ma réponse.
-Je t'en fais la promesse... et toi... promets-moi de m'inviter chez toi pour danser...
-Nathalie... pardonnes-moi de te répondre ainsi... mais pourquoi poser des questions auxquelles nous avons déjà là réponse ?

Nathalie reposa sa tête contre l'épaule de Hendy, presque soulagée... mais elle n'était pas satisfaite... il fallait qu'elle puisse faire comprendre à Hendy que maintenant, il n'était plus seul...

-Cher Hendy, si tu ne veux pas le dire, même si je dois le dire en ayant les yeux fermés alors que je suis contre ton épaule... laisse moi te dire... que... tu n'as jamais cherché à me séduire... tu m'as toujours respectée et été un ami cher à mon coeur... mais vois-tu... Ô âme errante... c'est dans tes bras que je veux me blottir, dans les bras de celui que j'aime...

Des larmes coulèrent enfin sur le visage du poète solitaire... leurs sentiments étaient bien réciproques...

-Il en est de même pour moi... Nathalie...

La musique avait continué de jouer, ils écoutaient maintenant "Let's Talk About Love" chanson chantée par Thomas Anders et les fameux "backgrounds singers" cachés dans le dos du tyran connu sous le nom de Dieter Bohlen... mais ne parlons pas ainsi car cette nuit... au clair de lune... Ils s'étaient assis dans un canapé, Nathalie dans les bras de Hendy, tous les deux yeux fermés...

-Pourquoi as-tu pleuré Hendy ?
-Je ne sais pas... l'émotion ? Mais je suis heureux.

Ils s'endormirent paisiblement après cette soirée mouvementée... Hélas, nous avons dépassé notre quota de pages... vous devrez donc attendre un peu pour savoir ce qu'il adviendra de nos jeunes amis, sur cette terre qui leur est si chère, dans cette vallée de larmes qu'est notre monde... don't do wars... talk about love, love, love, love ! Oh that's all we are dreamin' of ! Let's talk about love, love, love, love ! Talk about love !

Fin de l'épisode 4
avatar
Kyosuke Hendy
Posteur moyen

Messages : 88
Date d'inscription : 20/02/2010
Age : 28

http://violin-lover.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  ssou le Sam 13 Mar - 14:11

j'aime beaucoup !!! j'adore meme j'ai lu les 3 chapitres d'un coup c'est vraiment magnifique j'attend la suite ^^ Very Happy
avatar
ssou
Grand floodeur

Messages : 507
Date d'inscription : 09/05/2009
Age : 22
Localisation : quelque part en France

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Kyosuke Hendy le Sam 13 Mar - 14:15

Avec un sourire, on obtient tout^^ Very Happy

As much I love You

Episode 5

First kiss, and what now ?


Ils étaient restés endormis ainsi dans le canapé, Nathalie dans les bras de Hendy. Quand celle-ci se réveilla, Hendy n'était plus là. Il était dans la cuisine à faire la vaisselle, cependant le petit déjeuner attendait déjà la jeune fille sur la table de la salle à manger. Par politesse, elle préféra s'aventurer dans la cuisine.

-Hendy ?
-Oh, bonjour Nathalie, le petit déjeuner est déjà prêt.
-Oui, mais toi ?
-Oh, j'ai déjà pris un café, ça ira, je finis ça et je te rejoins.
-Euh... oui... mais ta mère, elle n'est pas rentrée ?
-Oh, elle est chez sa soeur, donc je pense qu'elle rentrera que dans l'après midi.
-D'accord.

Nathalie resta un moment à observer son ami faire la vaisselle aussi insoucieusement. Elle eut pour petit déjeuner du lait, un croissant ainsi qu'un jus de fruits, il y avait même du miel. Elle patienta puis Hendy la rejoignit enfin.

-Hendy, je voulais te dire pour hier soir...
-Oui ?
-Je sais que tu le désires, mais tu as si peur... alors ne m'en veux pas...
-Moi ? Peur ? De quoi ? Et pourquoi t'en voudrais-je ?

Nathalie s'approcha de lui lentement et le pris dans ses bras, il en fit autant, puis elle dirigea son visage vers celui de Hendy.

-Pour cela, cher ami...

Ses lèvres frôlèrent à peine celles de Hendy, puis elles restèrent collées aux siennes durant un bon chapitre. Après ce baiser statique, Nathalie embrassa pour de bon Hendy, tendrement puis passionnément. Hendy ne comprenait pas ce qui lui arrivait, mais il n'en n'était pas triste bien au contraire. Il se sentait heureux, pour de vrai, sa bien aimée était contre lui, ils s'embrassaient en toute harmonie, tendrement, amoureusement, passionnément. Hendy pût enfin caresser les cheveux de celle qui avait réussi à conquérir son coeur, il la tenait très fortement contre lui, ils continuèrent de s'embrasser dans le canapé en s'asseyant, puis en s'allongeant, mais aucun des deux n'avait l'intention d'aller plus loin que ce magnifique baiser qu'ils s'échangeaient. Puis lorsque qu'ils s'arrêtèrent, ils restèrent allongés l'un près de l'autre, les yeux fermés, en paix.

-Nathalie... maintenant que je me sens enfin en sécurité auprès de toi, je peux enfin tout te dire...
-Vas-y, dis-moi tout.
-J'ai commencé à t'aimer lorsque nous avons écouté de la musique ensemble... si j'ai fuit, c'est que la personne que je tenais dans mes bras dans ce rêve c'était toi... mais comme tu étais ma meilleure amie et que je te respectais, je me sentais honteux d'avoir pu avoir de telles pensées ou même t'en parler.
-Il en est de même pour moi, peut être même avant... tu étais si gentil et attentionné... je me souviens maintenant, c'est quand tu m'as fait lire ton devoir... quand je t'ai confirmé que c'était romantique... j'avais l'impression que ces mots m'étaient destinés et j'en étais très étonnée, car cela était impossible puisque c'était pour un devoir seulement...
-Tu en étais pourtant l'inspiration... d'ailleurs, tu as même réalisé ces paroles hier soir... et même ce matin...

Ils se parlaient très doucement, en toute complicité, en toute intimité, un bras tenait Nathalie contre lui, tandis que son autre main ne cessait de caresser les cheveux de Nathalie qui était parfaitement cajolée...

-D'ailleurs Hendy... je dois avouer que je suis heureuse que ce soit moi qui soit dans tes bras... je ne connais aucun garçon aussi doux que toi et qui puisse faire rêver une fille aussi aisément, si tu savais à quel point je me sentais bien d'être dans tes bras et de sentir ta main dans mes cheveux... pardonnes moi de m'exprimer ainsi... mais bien que cela me suffise et que ce baiser m'ait presque envoyé au ciel... même si j'avais été bénie de faire l'amour avec toi, cela aurait été superflu, car tes poèmes et tes baisers sont bien suffisant pour m'exprimer ton amour et ... ta dévotion comme tu le dis toi-même...
-Oui ma chère, tu es ma déesse, je prendrais toujours soin de toi et tu seras la seule à recevoir toute ma dévotion... si je pouvais mourir ainsi je n'aurais nul regret. Je sais que je ne devrais pas parler ainsi, oh toi ma chère Nathalie... mais je veux que tu saches que ton amour seul suffit à me contenter dans cette existence et que rien que de te tenir dans mes bras me donne déjà le sentiment d'être au paradis... si je pouvais rester ainsi toute ma vie, je n'aurais nul regret et je mourrais le sourire aux lèvres...
-Que suis-je heureuse de te voir si souriant... embrasse-moi encore Hendy, oh Hendy, dis-moi oui, embrasse moi... ou alors... laisses moi t'embrasser...
-Non, je t'embrasse, tu m'embrasses, nous nous embrassons...
-Petit malin !

Le couple s'embrassa de nouveau, mais encore plus doucement que le premier baiser qui l'avait déjà été... un sourire unique pour eux deux, une douce passion innocente et sincère... bien qu'ils soient dans une maison, c'était comme si ils étaient au beau milieu d'un champs de fleurs, à leur ombre, protégés par milles papillons, une brise de printemps pour mélodie, et un soleil bien clément caché par de petits nuages... une violoniste passée par là se serait arrêtée et aurait commencée une mélodie de passion inspirée par les deux jeunes amoureux... un poète se serait arrêté et rédigé un long poème de louanges à l'amour voyant un amour si pur s'exprimer au beau milieu des fleurs... des tournesols, marguerites, tulipes et tant d'autres encore... un pianiste passé par là aurait regretté de ne pas avoir son piano auprès de lui pour interpréter une symphonie de Brahms ou encore de Beethoven voire peut être Bach.

-Tu sais Hendy... maintenant que tu as fait ton devoir... saches que j'ai lu quelques uns de tes poèmes... et il est temps pour moi de te faire dévotion aussi...

Elle s'assit et mit la tête de celui-ci sur ses genoux puis elle commença à lui caresser les cheveux tandis que son cher ami fermait les yeux...

-Ce sourire, cette paix que je peux enfin voir sur ton visage... si tu savais à quel point j'avais prié pour te voir enfin ainsi... même quand je n'étais encore qu'une simple amie... voir quelqu'un comme toi aussi sympathique et romantique dans cet état était une véritable blessure scandaleuse et révoltante... maintenant... maintenant que nous avons enfin réussi à passer cette étape... bien qu'elle soit la première... difficile... je pourrais enfin protéger et apaiser ton coeur...
-Je le sais...
-Tais-toi, je sais que tu préfères rester silencieux à m'écouter , ne suis-je pas ta muse pour qui tu écris désormais ? Ceci est mon apophtegme, écris tes vers en silence, je te les chanterai... je te montrerai à quel point une déesse peut bénir son tendre et fidèle dévot...
-Ne le fais-tu pas déjà ?
-Certes, mais ne t'ai-je pas demandé de rester dans un silence amoureux ? Je veux te parler... autant que tu as pu écrire pour moi... car à l'époque... tu disais que la destinataire était une inconnue... mais aujourd'hui, tous ces vers destinés à cette inconnue le sont vers moi désormais, c'est ma volonté.
-Que ta volonté soit faite.
-Alors silence cher dévot, silence... laisses-moi te sourire bien que tes yeux soient fermés, demeures dans mon amour et ne te réveilles pas avant que je ne bénisse tes lèvres...
-Ne serait-ce pas le contraire ?
-Aurais-tu oublié que désormais c'est ma volonté qui doit s'accomplir ? Je n'ai que faire des contes de fées... tu es réellement ici, près de moi, et mes bénédictions sont aussi réelles que tes dévotions et austérités... ma main et ma voix te répugnent donc tant que cela ?
-J'ai le droit de parler maintenant ? Oh Nathalie, cette dernière phrase n'est pas digne de toi... tu sais bien que ta tendresse m'est désirée plus que tout au monde.
-Oui... mais la prochaine fois, attends-moi pour partir plutôt que de me laisser seule sous une couverture... si il le faut, réveilles-moi par un baiser... c'est toi le dévot, n'est-ce pas ? Lui sourit-elle.

Hendy prit alors l'autre main de Nathalie et la mit contre lui puis il se mit à chanter seulement :

-Au nom de l'amour...
-Oui ?
-Je suis en train de penser à ce poème que j'ai écrit... il commence ainsi...

Puis il s'endormit aussi aisément. Décidément, pour nos deux amoureux, c'était réellement un jour de paresse idéal pour un début d'amour... elle s'allongea à côté de lui et prit son torse pour oreiller après avoir mis pour berceuse "One and Only" de Tatsumi Yano.

-Oh toi mon ange... si tu savais à quel point je t'aimais moi aussi... oh Hendy... cher Hendy... je ferai tout pour te garder auprès de ma personne... rien ne nous séparera... je tuerai ces malappris qui te manquent tant de respect si il le faut... tu m'as faite déesse, tout comme Athéna, je serais certes la déesse de l'amour mais aussi ta déesse de la guerre afin de détruire tout ce qui nuira à ton et notre bonheur... le mien est si facile à obtenir alors que le tien est beaucoup plus subtil à acquérir. Telle Durga, je serais l'amante et la mère la plus fidèle mais je serais aussi la Devi vengeresse qui piétinera quiconque osera offenser mon cher et fidèle dévot... dans ce petit rêve, que nous commençons, ton bonheur me suffira amplement... je ne veux pas d'enfants... mais si tu en désire un... je serais prête à t'en donner un... mais l'autre jour... en philosophie tu en as fait le contre-voeu... pourquoi donc ? ne veux tu pas qu'il ou elle soit aimé tel que tu l'es par moi ? Je resterais toujours silencieuse sur ce sujet tant que tu n'en parleras pas... pour le moment, mon règne de déesse commence avec pour programme politique de maintenir ce sourire et cette paix que j'ai tant attendu... ce sourire qui était toujours absent, cette tristesse lancinante qui m'irritait dangereusement... continues de sourire et gardes ma main près de toi cher dévot... je te bénirais quand bien même la mort nous séparait... en tant que déesse... je ressusciterai tel le christ seulement trois secondes après avoir quitté ton monde pour y retourner aussi vite.... ou alors... je continuerais de vivre dans tes poèmes... et si c'était toi qui devait oser me quitter le premier, je te rejoindrais le plus vite ou je te ressusciterai comme une déesse se le doit...

Après une bonne matinée de sommeil conjugal, Hendy se réveilla enfin vers les 10 heures et réveilla Nathalie d'un simple baiser sur la joue.

-Seulement ?
-Parce que tu ne sais pas ce que je te réserve.
-Oh, quoi donc ? Annonces-moi donc la réalisation du rêve dont tu désires.
-Danser un tango avec toi sur la Fugata de Piazzolla.
-Oh, tu sais danser le tango ?
-N'en est-il pas pareil pour toi ?
-A vrai dire... j'ai déjà vu... mais jamais dansé...
-Ma dernière cavalière était ma prof de danse, donc ça remonte... ne t'en fais pas, nous ferons un tango assez simple et lent... cela te convient-il ?
-Qu'il en soit ainsi alors.
-Une danse ? Demanda Hendy en présentant sa main gauche.
-Ma foi oui.
-Maintenant, je mets ma main droite sur ton omoplate gauche tandis que toi tu mets ta main gauche sur mon épaule. Hélas, bien que tu sois une déesse, c'est ton dévot qui devra mener la danse.
-Je n'en vois pas l'inconvénient.
-Très bien, alors recommençons l'introduction, mais avec la musique cette fois-ci.

Ils firent donc ainsi, la différence fût qu'au moment de déposer sa main droite dans la gauche de Hendy, celui-ci s'était permis d'embrasser sa main. Leur danse était en totale harmonie et Nathalie se surprenait à réussir à danser une danse aussi peu aisée que le tango. La surprise fût pour Hendy qui s'aperçut que Nathalie le dansait comme si elle l'avait toujours dansé. En réalité, elle ne faisait qu'imiter celles qu'elle avait vu à la télévision. Mais sa danse a elle était spéciale, rigoureuse, à peine plus lentement ou à peine plus rapidement par moments, puis vint enfin le fameux grand moment d'hésitation qu'est la danse de l'indécis qu'est le tango : s'embrasser en dansant, ou pas ? Ce fût finalement Nathalie qui en pris la décision, déjà habituée à être celle qui débute les repas conviviaux. Plutôt que de diminuer, la pluie s'intensifia, les divers frissons s'enchainaient sans difficultés. L'heure du déjeuner passa, mais le jardinier d'amour ainsi que la tulipe s'en moquèrent avec désinvolture. Nonobstant, il est du devoir du poète de continuer les vers de son poème ainsi qu'il n'est pas interdit au poème de demander plus de mots et moins de ponctuation... Nathalie fit cesser la danse en cessant de bénir les lèvres qui lui étaient dévouées puis posa sa main sur le torse de Hendy et pris un regard insistant et dévotionnel.

-Hendy, cessons, s'il te plait.
-Quelque chose ne va pas Nathalie ?
-Détrompes-toi, je veux juste que tu m'embrasses simplement, le peux tu ?
-T'embrasser simplement en évitant le prétexte de la danse ? C'est une demande qu'un dévot comme moi peut exécuter aisément.

Pourtant, il va falloir ne pas oublier qui était la divinité. Puisqu'elle commençait toujours les repas, c'était toujours elle qui décidait du lieu de celui-ci. La volonté divine fit s'allonger Hendy tandis que le visage de Nathalie procédait à l'ascension qui devait la mener à celui du danseur.

-Oh Hendy, je ne cesse de penser à tes mots... tes mots me hantent... et je veux sentir ta main dans mes cheveux... oh cher dévot, apaises le mal qui s'éprend de moi puis permets-moi de dévaliser ton coeur.
-Comment pourrais-tu voler ce qui t'appartient déjà ?
-Oh tais-toi être aimé... je ne le ferais pas... mais tu comprendras aisément...

Le désir divin pût enfin s'accomplir, allongé sous la divine amoureuse, le dévot tenait fortement la tulipe contre lui tandis que sa main voyageait dans la chevelure divine. Le baiser donné par Nathalie se fit plus passionné que jamais, elle alternait entre embrasser Hendy et déposer milles baisers près de ses lèvres, sur sa joue, dans son cou... au demeurant, Hendy se sentit obligé de revendiquer son autorité de poète et renversa Nathalie dans le canapé afin de mener la danse à son tour. Il laissa quelques traces amoureuses dans son cou qui seront plus tard masquées par un foulard bleu ciel, tout en continuant d'y déposer ses dévotions. Puis il reprit son ouvrage et peint les lèvres de l'amante de milles dévotions pour enchainer sur la tornade d'un baiser amoureux et tendre. La divinité sentait la passion l'envahir encore plus et pressa la tête de son dévot des deux mains ensuite tandis qu'une main restait statique dans son cou, l'autre caressait la crinière de son chevalier servant. Puis quand le couple vit sa faim assouvie, s'endormit à moitié dans ce même martyr de canapé, puis ils se chuchotèrent milles cachoteries...

-Oh Hendy, pourquoi n'y a t-il pas autant de poètes que toi ? T'aimer est si aisé...
-Quant à toi Nathalie, pourquoi es-tu la seule divinité sur cette terre ? Ainsi, il y aurait plus de dévots...
-Insolent, la divinité que je suis se veut égoïste, je veux être la seule à avoir un dévot aussi dévoué que toi...
-Votre égoïsme est aisément pardonnable puisque la miséricorde de votre bénédiction s'est déjà abattue sur mon coeur...
Un klaxon se fit entendre, c'était le père de Hendy.
-Hélas, cher Hendy... je vais devoir rentrer chez moi...
-Tu reviendras, promets-le moi Nathalie, que tu reviendras...
-Pourquoi un tel désespoir dans tes yeux cher Hendy ? Je reviendrais le plus vite possible pour bénir mon poète de dévot.
-Ainsi soit il, que ta volonté soit faite sur cette terre qui nous est si chère dans cette vallée d'amour qui vit de ta tendre bénédiction...
-Je te promets aussi que... mais elle se tut et déposa un léger baiser sur les lèvres de Hendy.
-Même si je l'ignore, je sais que ta promesse s'accomplira, fais bonne route. Ah, et remercies Père de te ramener chez toi.
-Tu ne veux pas le voir ?
-Je veux écrire le plus vite possible les vers qui te sont uniquement destinés, chère Nathalie.

Juste avant qu'elle ne sorte de la maison, Hendy la prit dans ses bras et déposa un ultime silence d'amour dans son cou.

-Prends soin de toi Nathalie.
-Toi aussi, toi aussi, mon cher Hendy...

Hendy regarda la voiture s'enfuir avec Nathalie à l'intérieur et ne pût s'empêcher de laisser échapper un soupir amoureux. Il aurait voulu la raccompagner, mais il aurait fallu affronter le regard moqueur de son père qui aurait aisément deviné les milles dévotions qui avaient eu lieu chez le dévot de poète.

-Hendy... si j'avais su plus tôt... je te l'aurais avoué bien plus tôt... mais en fait... je t'ai aimé dès que tu es arrivé au lycée... mais tu semblais si distant et les autres ne te tenaient pas dans leurs coeurs... alors comment venir à ta personne ? Béni soit le ciel que tu sois venu vers moi, sinon Dieu seul sait ce que j'aurais regretté... je m'en veux de vouloir cela mais, termines vite ton poème cher Hendy que je puisse te parler sur msn... j'aurais voulu rester plus longtemps pour t'embrasser plus longuement... heureusement, nous nous reverrons au lycée et nous nous embrasserons où bon nous plaira, même si nous devions nous faire surprendre... telle Durga, ceux qui oseront médire de notre amour devront affronter mon regard et ma fureur... telle Parvati ou Sita, je demeurais ton amante même durant les cours si tu me l'autorises... j'espère que tu me permettras de m'asseoir à tes côtés pendant le bac blanc...

-Nathalie... comme j'aimerais que tu sois là pour que je puisse te dire que je t'aime... si seulement nous étions libres... je t'aurais embrassé pendant toute l'éternité si je le pouvais... ta peau est si douce et tes cheveux aussi... quant à tes lèvres, oh ciel, si seulement je pouvais ne jamais les quitter... comme j'aimerais rester dans tes bras d'amour... ou alors... endormi ou presque, sentir ta main caresser le sommet de mon visage... il faudra cependant que je m'excuse pour avoir froissé ta robe... si j'avais su que nous viendrions à la maison, je t'aurais demandé d'apporter une robe de rechange pour ne pas offenser celle-ci. Après tout, quelque soit la robe que tu porteras, c'est la Nathalie que tu es que j'embrasserais... j'espère que nous le pourrons au lycée... et finalement... prendras-tu place à mes côtés en cours et durant le bac blanc ?

Alors que l'hiver approche, la chaleur des passions ne s'estompe pas mais s'intensifie. Fleurs et papillons habitent désormais les coeurs. Les mains n'ont plus qu'à se lier et maintenant que déesses et dévots se sont reconnus, que leur réservera l'avenir ?

Fin du cinquième épisode
avatar
Kyosuke Hendy
Posteur moyen

Messages : 88
Date d'inscription : 20/02/2010
Age : 28

http://violin-lover.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Mishiko le Dim 14 Mar - 19:19

Franchement magnifique I love you
avatar
Mishiko
Posteur débutant

Messages : 39
Date d'inscription : 01/03/2010
Age : 22
Localisation : j'irai au bout de mes rêveuuuuh

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  ssou le Dim 14 Mar - 19:22

toujours aussi adorable et mignon Very Happy
avatar
ssou
Grand floodeur

Messages : 507
Date d'inscription : 09/05/2009
Age : 22
Localisation : quelque part en France

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Kyosuke Hendy le Dim 14 Mar - 20:04

As much I love You

Episode 6

Take My Hand

L'hiver-été réunionais est encore loin, l'été continue malgré tout son règne. les arbres meurtris se convertissent à un printemps froid tandis que l'absence criante de la pluie reprend.

-finalement tu n'avais pas grand chose à rattraper.
-oh, c'est vrai... mais j'ai encore du pain sur la planche malgré tout.
-nous avons réussi aussi à éviter tes absences, il était temps pour que tu redeviennes assidu.
-tu n'en es pas étrangère, chère amie. ma main n'est plus vide et je peux m'appuyer sur ta béquille.
-ce n'est pas très romantique de ta part.
-quelle autorité. Je voulais dire, sur ton épaule.
-mais comment as tu fait pour en arriver là, Hendy ?
-tu veux dire, pourquoi avoir besoin d'une épaule ? J'ai vécu trop longtemps en solitaire, en survivant.
-mais, tu avais bien des amis, de la famille, des gens proches, non ? Tu m'as dit qu'avant tu jouais au football...
-j'ai même failli jouer pour le Bayern des moins de 17 ans... mes amis étouffaient ma personnalité et ma cheville me fait trop mal.
-bien, je comprends... alors maintenant, que dirais-tu de reprendre le cours sur le Guépard de notre cher Lampedusa que tu apprécies tant, mon cher Hendy.
-Malicieuse ! Il n'y a qu'une portion de son livre qui soit vraiment plaisante ! Heureusement que Visconti a fait une adaptation avec Alain Delon et Claudia Cardinale !
-oh ? Les yeux de Claudia t'auraient conquis ?
-Loin de moi cette pensée ! Alain Delon est mon acteur préféré et c'est surtout sa performance personnelle que j'ai noté.
-voilà qui est beaucoup plus franc de ta part. Alors, quels sont les personnages qui ont été influents dans cette oeuvre ? Quel rôle a joué le Prince Salina ?

Les révisions allaient bon train. La relation entre Hendy et Nathalie devint beaucoup plus concrète, d'ailleurs, celle-ci choisit de s'éloigner quelque peu de ses amies pour dispenser la majeure partie de son temps à Hendy. De plus, on pouvait les voir de plus en plus souvent seuls assis à une table aussi bien pour les révisions que pour le déjeuner. Les médisances ne se turent pas pour autant, mais la différence fût que cette fois-ci, Nathalie et Hendy pouvaient affronter les langues de vipères avec leurs amis à leurs côtés. Nathalie était maintenant assise aux côtés de Hendy dans tous les cours qu'elle avait en commun avec son cavalier. Les épreuves de bac blanc eurent enfin lieu, hélas, lors d'une majeure partie d'entre elles, le couple fût séparé, ce qui eût des conséquences déterminantes pour Hendy qui avait besoin d'une aide morale et sentimentale assidues. Les résultats furent donc très moyens et mitigés. Cependant, il s'était avéré qu'il avait été malade, surtout lors de son oral d'anglais qui avait eu lieu durant une journée de pause pour Nathalie qui n'avait pas d'épreuve ce jour-là.

-c'est ma faute, j'aurais dû être là et...
-ce n'est pas ta faute, c'est moi qui n'ai pas su gérer.
-mais tes performances sont bien en dessous de tes capacités réelles !
-c'est pour cela que tu n'as pas à être désolée puisque je ferai mieux lors du bac.
-idiot ! Que se passerait-il si jamais le cours des évènements t'était défavorable, hein ?!
-le cours des évènements sera tel qu'il le sera. D'ici là, tu auras réussi à faire avancer ma guérison.
-oui, tu seras guéri.
-cependant je ne le serais pas complètement. Mais après oui.
-qu'importe que tu sois guéri ou non, quoiqu'il arrive, je serais à ton chevet !
-tu me demandais si j'avais des amis et de la famille... en réalité, j'en ai encore... mais pour que je puisse être moi-même, c'est de toi que j'ai besoin, c'est le lien que nous avons que je désire tisser.
-serais-tu tisserand aussi ? Demanda t-elle malicieusement.
-ma réponse est hélas négative.
-certes, mais ton désir est réciproque.
-il en est ainsi ?
-oui car tu es l'homme et l'ami de confiance dont j'avais besoin. Tu m'es très précieux, c'est pour cela que je distance mes amies de moi, pour permettre à notre relation d'être plus concrète. Hendy, il est 14 heures.
-euh, oui ?
-suis-moi.

Elle prit sa main et commença la quête d'un lieu tranquille. Hendy la suivait innocemment, vraiment innocemment, d'un air surpris et curieux.

-voilà, ici c'est parfait.
-hum ? Mais nous étions bien là-bas.
-peut-être, mais c'est debout que je veux faire ceci...
-quoi donc ?
-je t'impose mon apophtegme d'amour.

La censure fût maintenant levée sur ce qui se passait à chaque fois que Nathalie obtenait la conquête de Hendy : son rythme cardiaque s'accélérait fiévreusement tandis que ses bras prenaient repos dans son dos. Ceci répété et confirmé, Hendy s'abandonna à l'affection de Nathalie. Quand la tendresse frappe à la porte et que son nom soit celui de quelqu'une qui est chérie, on ne peut que s'abandonner à la joie de recevoir sa visite.

-ça ne va pas Hendy ?
-Si, tout va bien, dit-il en souriant à peine.
-ne me mens pas Hendy, je t'embrasse et regardes comment tu es !
-je... je suis désolé pour l'autre jour... le violon t'es bien réservé Nathalie...
-hum ? Ce n'est que pour cela que tu refuses le bonheur d'avoir été embrassé...
-non, interrompit-il. Je suis fatigué Nathalie, c'est tout... mais ta bénédiction reste...
-tu me rassures... tout à l'heure nous avons philosophie, dis-moi ce qui te tracasse vraiment.
-tu pourrais me tenir la main ?
-comment ?
-me tenir la main.
-oui, bien sûr mais...
-j'ai besoin de mon médicament.
-tu ne vas pas bien Hendy, allez, dis-moi !
-tu l'as dit... j'ai besoin de réconfort... donc de ta présence...
-je t'exaucerai si il en est ainsi. Je te donnerais la paix et le repos.
-asseyons-nous, s'il te plait...
-oui... mais Hendy, pourquoi tu... !

Hendy avait d'abord appuyé sa tête sur son épaule, puis s'était finalement allongé et trouvé repos sur son oreiller.

-tu es si fatigué Hendy ?
-ta main... donnes-la moi...

Puis il mit sa main contre son coeur, comme si il avait la fonction d'un pace maker.

-l'air est trop pollué, j'ai vraiment du mal a respirer, ce n'est ni de la pensée ni de la poésie... la chaleur m'étouffe vraiment, il n'y a rien d'imagé dans ces propos concernant ma maladie...
-chut... reposes-toi... d'ici le cours de philo tout ira mieux, Hendy...
-quel est ton rêve, Nathalie ?
-pardon ?
-racontes-moi ton rêve pendant que ta main apaise mon coeur...
-mon rêve a changé il y a peu... Hendy, même si ce n'était pas avec moi, tu voudrais des enfants ?
-des enfants ? Je ne sais pas... si mon épouse le désire, je ne refuserai pas. Que j'ai une fille ou un fils m'importe peu.
-tu... tu es sûr Hendy ?
-quel est ton rêve, mon amie... je t'ai raconté le mien l'autre jour tu te souviens ?
-vivre en paix dans une maison au beau milieu de la nature avec une épouse ? Le mien... serait d'avoir une grande maison et des enfants...
-tu divorceras ?
-ne plaisantes pas ainsi !
-pardon, je ne voulais pas te vexer.
-je le sais Hendy... je le sais... mais ton bonheur suffira au mien.
-non... ta présence fait mon bonheur, donc c'est ton bonheur qui fera le mien.
-idiot, dit-elle en continuant de lui caresser le haut du visage du dévot de sa main libre.
-tu me pardonnes ?
-à propos de quoi ?
-pour le violon... pour t'inquiéter...
-ne dis pas de bêtises... dès ce moment dans les escaliers, il était mien.
-très bien... maintenant que tu m'as pardonné... voici mon apophtegme, Nathalie.
-quel est-il, cher Hendy ?
-apaisé que je puis l'être... c'est avec toi...
-quittes ce silence et avoues-moi ton secret, cher poète.
-tu disais... même si... mais c'est avec toi que je veux vivre, le minimum de maximum de cette vie, au moins...
-c'est cela aussi que j'aime chez toi... tu as tes propres expressions et tu n'as pas peur de donner tes opinions même si elles sont étranges...
-de quoi ? Quand j'ai dit que "straight" voulait dire normal, c'est que c'était vrai !
-que cela soit vrai ou faux, quelle importance pourrais-je en tirer ? Ce qui m'est précieux, c'est de t'avoir.
-moi, je n'ai que ta main.
-tu n'as pas mon coeur ?
-je l'ai. Mais pas totalement.
-tu l'auras, je t'en fais la promesse.
-oh, non, je te l'interdis. Ce sont les hommes qui promettent.
-oh ? Et que doivent donc faire les femmes, cher ami féministe ?
-elles ont la vie bien facile puisque, moi, je ne leur demande que d'aimer.
-si tous les hommes avaient ton féminisme, nous vivrions dans de meilleures conditions.
-c'est pour cela que l'on juge un homme à la fidélité de ses promesses et une femme à la vertu de sa pureté... sourit-il les yeux fermés.
-la vertu de sa pureté ?
-ta question montre que tu n'es pas tombé dans le piège de l'incompréhension...
-enseignes-le moi.
-comment t'enseigner, ce que tu sais déjà ?
-c'est donc aussi simple ?
-la vie est simple, ce sont les gens qui la compliquent.
-alors c'est cela pour toi, vivre en toute simplicité, Hendy ?
-il n'y a pas d'idéologie ni d'opinion. Je vis comme je le sens.
-alors comment te sens-tu ?
-comment aller mal sous tes soins ?
-cette réponse est-elle sincère ou romantique ?
-cela te déplairait-il qu'elle soit des deux fronts ?
-alors embrasses-moi à nouveau, puis en cours.
-comment un dévot pourrait refuser une telle austérité ? Sourit-il.

Malheureusement, les langues de vipères sont partout. La médisance et le mauvais oeil étant religion aussi, ainsi appliquaient-ils leurs rituels de commérages et de mauvaise presse.

-ils jouent aux amoureux maintenant ?
-et personne ne leur dit rien ! Pas même l'administration !
-tu parles ! Il est plus influent que le délégué ! Il a le CPE à sa bonne !
-Même le proviseur il parait, humilions-les en cours de Philosophie alors !
-comment on va faire ?
-qui ose parler de mon cours ainsi ?
-merde c'est le prof de philo !
-en effet, merde. Nonobstant, c'est moi qui vous humilierait.
-pitié m'sieur, non !
-je n'accordes la pitié qu'aux animaux.
-que se passe t-il professeur, demanda Hendy arrivé dans son dos, accompagné logiquement par Nathalie.
-oh Hendy, vous tombez bien. Ils médisaient sur un élève... maintenant, je ne ris pas d'eux, mais près d'eux voyez-vous.
-oh ? Il en est ainsi ? Amusez-vous alors.
-cela est bien mon intention, mais entrez en cours je vous prie.
-comment refuser quand c'est demandé aussi poliment, viens Nathalie.

Justice faite, ou à peine, comme vous voudrez, Hendy se vit accepter la mutation du poste de Nathalie à ses côtés pendant les cours, de toutes façons, le seul péché qu'il pourrait commettre, serait de s'endormir sur son épaule. Cette main tenait celle de sa cavalière durant les deux bon chapitres du cours de Philosophie.

-Au juste Monsieur, vous vous rappelez de Borsalino ?
-Borsalino... vous voulez certainement parler du film avec Alain Delon et Jean Paul Belmondo.

En effet, il leur arrivait de parler de bons films et de bonne musique pendant les cours de philosophie. Les bonnes choses se perdent si facilement. On ne pense aux roses que le jour de la St Valentin, mais jamais on ne pense à celui qui a travaillé à l'ouvrage de ces poèmes offerts si facilement en ce jour-là. L'amour n'est pas une partie de cartes qui se joue un soir ou deux. Une main n'est pas faite pour être tenue par caprice. L'amour dure après la mort et cette main doit être tenue le plus longtemps possible. Ce lien est le même que celui qui lie un violoniste à son violon, un pianiste à son piano et ainsi de suite... mais en amour, il n'y a qu'un instrument, qui est à la fois une percussion mais aussi un instrument à vent, le coeur... puis celui qui appartient aux vrais amoureux... l'âme. Les cours ainsi terminés, Hendy devait prendre son bus tandis que les parents de Nathalie devaient venir la chercher.

-désolé de partir maintenant, mais le bus s'en va.
-je t'attendrais sur internet si tu es là... et je serais là aussi...
-je serais là... mais la deuxième partie de ta phrase concerne cette invitation ou ?
-oui Hendy, j'accepte cette fête d'anniversaire que tu veux fêter en toute intimité avec moi. Sourit-elle.

Il embrassa une dernière fois sa main puis la prit dans ses bras pour s'enivrer encore de son parfum puis entra dans le bus rapidement et ne quitta pas sa chère amie des yeux depuis sa place.

-oh tendre dévot... si mon bonheur fait le tien... la lune nous bénira alors de sa lumière en sa vigile étoilée.

Fin du sixième épisode.
avatar
Kyosuke Hendy
Posteur moyen

Messages : 88
Date d'inscription : 20/02/2010
Age : 28

http://violin-lover.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  CereS le Mar 16 Mar - 12:50

j'aime bien le début (pas eu le temps de lire en entier Embarassed Embarassed )

_________________
I escape from everything I know...

This is who I am Paradize seeker...
avatar
CereS
Invocatrice de bishos
Invocatrice de bishos

Messages : 1601
Date d'inscription : 03/05/2009
Age : 31
Localisation : au chaud dans le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: ma passion c'est d'écrire^^

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum